Bienvenue sur le site officiel d'Antoine Lhonoré-Piquet

PANDORE

Page officielle du film d'Antoine Lhonoré-Piquet

Voir la bande-annonce

PANDORE

Après avoir vécu plusieurs années en Lituanie suite à une rupture douloureuse, Mélanie rentre à Paris. En son absence, sa sœur Laura lui fait remettre les clés de son appartement. Lorsque Mélanie y débarque, elle fait la rencontre de Stéphane, le mec de sa sœur, et se confie à lui… Et une attirance nait très vite entre eux…

Réalisé par Antoine Lhonoré-Piquet
Ecrit par Pierre Langlois
Direction d’acteurs : Philippe Landoulsi
Sélection officielle FilmZeitKaufbeuren Hambourg 2016
  Avec Charlotte Pes, Pierre Langlois et Marc Dujjaric
  Genre : Drame
  Nationalité : Française
  Durée : 11 minutes
  Année de production : 2015
  Date de sortie : 4 janvier 2016
  Langue originale : français / Sous-titres : anglais
  Directeur de la photographie : Giuseppe Origoni
  Musique : Benjamin Bossone
  Production : L&P Production, Prestimage France
  Distribution/Diffusion : Prestimage France

Bandes annonces, interviews, extraits, film…

RETROUVEZ PANDORE

sur

CASTING

_____

Charlotte Pes

Charlotte Pes

Mélanie

..

View More
Pierre Langlois

Pierre Langlois

Le mec de l'appartement

..

View More
Marc Dujarric

Marc Dujarric

Stéphane

..

View More

NOTES DE PRODUCTION

_____

Pandore est le premier film d’Antoine Lhonoré-Piquet qu’il n’a pas écrit. C’est suite à l’expérience de tournage du film Ultrawave que le comédien Pierre Langlois lui soumet son scénario. Huis-clos corrosif entre vengeance et séduction, le film arbore une ambiance énigmatique que le réalisateur ne cessera d’alourdir au grès de plans serrés allant jusqu’au flou et la multiplication de plans débullés qui, dans un espace aussi confiné que l’appartement des protagonistes, créent une impression de vertige et de voyeurisme. Autre particularité de la réalisation, la direction d’acteurs concernant le texte est confiée à Philippe Landoulsi, assistant d’André Téchiné. Ce projet marque d’ailleurs le début d’une longue collaboration entre les deux réalisateurs.

Pour autant, Pandore ne s’éloigne pas du cinéma d’Antoine Lhonoré-Piquet. Plus familiers, les dialogues passent en second plan au profit de jeux de regards malicieux, tantôt intrigants, tantôt attractifs… Dans un quotidien familier, le comportement de Mélanie, comme celui de son homologue devient cruel par sa nonchalance et son manque de vergogne. Des confidences anodines nait une complicité sans attache qui offre une dédramatisation du ton et des actes, mais pour finir indubitablement, comme dans la vie, à un cruel retour à la réalité, comme pour nous rappeler que dans toute relation, rien n’est anodin…